The Faith




Léonard Cohen nous présente un saisissant raccourci de l’histoire de l’humanité et de ses inventions, de la massue des premiers hommes à la roue, puis la foi, les sacrifices, les religions…
Ces religions qui, les unes après les autres, viennent remplir les tombes et les fosses communes au nom de Dieu…
Ce Dieu créateur qui doit se sentir las, très las, de voir ce que les hommes ont fait de son œuvre…
Et l’amour, supposé avoir présidé à la création et en constituer l’aboutissement, mais qui semble s’être égaré sur les chemins supposés mener à Rome, Jérusalem, ou la Mecque.


La Foi

Mer sans fond ni merci
Soleil, furieux regret
Massue, roue et esprit
Amour, n’es-tu pas lassé ?
Massue, roue et esprit
Amour, n’es-tu pas lassé ?

La foi, le sol, le sang
Mots qu’on n(e)’ peut oublier
Ton vœu et tes lieux saints
Amour, n’es-tu pas lassé
Ton vœu et tes lieux saints
Amour, n’es-tu pas lassé

Une croix sur chaque tertre
Etoile et minaret
Tant de tombes à repaître
Amour, n’es-tu pas lassé
Tant de tombes à repaître
Amour, n’es-tu pas lassé

Mer sans fond ni merci
Où la nuit doit tomber
Et le temps même s’enfuit
Amour, n’es-tu pas lassé
Et le temps même s’enfuit
Amour, n’es-tu pas lassé

(Traduction – Adaptation : Polyphrène)
Comments